BU2rR2-0.jpg

BENOIT CHARETTE

MINISTRE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

La nécessité de renforcer l’écosystème fragile de la gestion des matières résiduelles au Québec n’est plus à démontrer et c’est pourquoi le gouvernement a amorcé une modernisation ambitieuse de cette gestion en 2020. Plusieurs réformes ont été entreprises en ce sens. Parmi celles-ci, notons la modernisation des systèmes de consigne et de collecte sélective par une responsabilisation de l’industrie et la fusion des redevances pour l’élimination afin de décourager l'élimination et de stimuler la valorisation des matières résiduelles. Nous avons aussi dévoilé et mis en œuvre la Stratégie de valorisation de la matière organique, laquelle repose sur la participation de l’ensemble des parties prenantes, y compris le secteur de la construction, de la rénovation et de la démolition. 

 

Ces actions d’envergure sont nécessaires. La pandémie de COVID-19 aura d’ailleurs révélé les faiblesses de certains de nos systèmes de récupération. Elle a mis au jour des difficultés dans la récupération des contenants consignés, des défis opérationnels dans certains centres de tri et des changements dans les habitudes de consommation, notamment un usage accru des équipements de protection individuelle.

 

La gestion des matières résiduelles sera encore au cœur des priorités du gouvernement en 2021. Nous aurons besoin de l’industrie, dont le Regroupement des récupérateurs et des recycleurs de matériaux de construction et de démolition du Québec (3R MCDQ), qui nous accompagnera dans nos réflexions. Tout comme vous, nous voulons établir des règles efficaces, notamment par leur applicabilité sur le terrain, et qui s’inspirent des plus hauts standards environnementaux.

 

À cet effet, nous envisageons de présenter notamment des modifications au Règlement sur la récupération et la valorisation de produits par les entreprises afin d’en améliorer l’efficacité et de considérer certaines désignations supplémentaires. À ce titre nous vous remercions d’avoir répondu à notre appel de collaborer sur les tables de travail sur le gypse et les bardeaux d’asphalte, pilotées par le 3RMCDQ. Ces tables ont permis de réunir pour la première fois, les représentants de la chaîne de valeur de ces matières pour discuter des problématiques et réfléchir aux pistes de solutions.

 

Nous ferons avancer les réflexions sur la valorisation énergétique et la traçabilité des matières résiduelles. Nous prévoyons ajuster les redevances pour l’élimination afin d’encourager encore davantage la valorisation. Le Bureau d'audiences publiques sur l’environnement réalisera le mandat que je lui ai confié de tenir une enquête et une audience publique portant sur l’état des lieux et la gestion des résidus ultimes.

 

Sur le front de l’atténuation des changements climatiques, la gestion des matières résiduelles trouve également place dans le Plan pour une économie verte 2030, en complément des efforts d’électrification et de développement des autres énergies renouvelables. 


Je suis heureux de pouvoir compter sur les membres du 3R MCDQ pour innover et faire de la gestion de nos matières résiduelles une avenue de création de richesse tout autant que de protection de l’environnement.    

Je vous souhaite un excellent 24e Congrès Construction ReCycle

Unknown.png